Le haut jardin




À Kristiane von Wedel
ma belle-sœur





Le haut jardin, 
Où les vagues de la mer
Se mêlent à toutes les formes,
Où le mystère des lieux
Tisse notre rencontre,
Là, s’enchante, entremêlée,
La toquée de nos cœurs jumeaux.
A cet instant sacré, 
S’unit la magie de l’éternité apaisée.
Ressens… Ressens…

Le haut jardin
A posé son secret de couleurs,
Là !
Au zénith de midi.
Ta gorge est d’or,
Et des barques de lumières
Voguent sur les canaux de tes yeux noirs,
Entre l’ombre et le jour.
Entre les bleus fondus
De l’azur et de l’onde,
Le haut jardin
A des frondaisons célestes,
Où les cédrats scintillent.
Regarde… Regarde…

Tout est musique. Tout !
Les cigales qui craquettent,
Là, mêlées à l’écorce des pins,
L’herbe sèche froissée
A ta cheville nue,
Nos pas crissant
Au gravier de l’allée,
La peignée du Mistral
Aux cheveux des cyprès,
Jusqu’aux gouttes de soleil
Qui tombent, une à une,
Et dorent l’horizon.
Et la mer, sans retour,
Soudain a fait silence.
Tout est musique. Tout !
Ecoute ! Ecoute…


Inspiré d’un tableau de Kristiane von Wedel
Grün, Blau, Gelb

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une vision

Apparences

À Saint-Guénolé