Articles

Affichage des articles du mars, 2018

À Saint-Guénolé

À Gilles Baudry

Jeudi
L’approche se fait
          lente hésitation encore
Les pas défont la route
          plus lents
Les murs et les fougères
           sont les bienvenus
ils ont le repos
           du temps
Au surplomb de la mer
           l’éveil s’entend
le regard n’a de borne
           qu’au ciel d’une croisée entr’ouverte
Je suis là
les camélias sont là
dans le maintenant
que je pressens
           dans les pierres

Vendredi
L’aube est de gris
le regard rompt le ciel
           la vitre embuée
           me transperce
Du silence
           soudain un cantique naît
et le cantique des chênes
           bascule au noir horizon
Tambour de pluie à la fenêtre
Les pierres assaillies d’injures du temps
           sont voûtées deux fois
Prennent racines éternelles
           les vibrations senties
           à la peau du granit
Le temps n’est pas relevé
           de sa chute à terre
Il n’est que le nom
           de la durée
           qui s’enfuit

Samedi
Le gris c’est l’aube
           la soif de la nuit
Décroît le souffle
D…