À Saint-Guénolé


À Gilles Baudry


Jeudi


L’approche se fait
          lente hésitation encore
Les pas défont la route
          plus lents
Les murs et les fougères
           sont les bienvenus
ils ont le repos
           du temps
Au surplomb de la mer
           l’éveil s’entend
le regard n’a de borne
           qu’au ciel d’une croisée entr’ouverte
Je suis là
les camélias sont là
dans le maintenant
que je pressens
           dans les pierres

Vendredi


L’aube est de gris
le regard rompt le ciel
           la vitre embuée
           me transperce
Du silence
           soudain un cantique naît
et le cantique des chênes
           bascule au noir horizon
Tambour de pluie à la fenêtre
Les pierres assaillies d’injures du temps
           sont voûtées deux fois
Prennent racines éternelles
           les vibrations senties
           à la peau du granit
Le temps n’est pas relevé
           de sa chute à terre
Il n’est que le nom
           de la durée
           qui s’enfuit

Samedi


Le gris c’est l’aube
           la soif de la nuit
Décroît le souffle
De clochers d’oiseaux
           l’air est gros
La mer a retiré son bras
           le goémon est étalé
           sur les cailloux
et dans les flaques
           que mes pieds ont troublées
L’air et la mer
           battent ensemble
           la course de leurs rythmes
Les cheveux flottants
           d’une blonde enfant
           brouillent son visage
Cris de Joie
Les doigts embeurrés
           portent une crêpe noisette
           à la bouche tout sourire
Un vol de mouettes
           fait descendre le ciel
           jusqu’aux lèvres
           du cœur

Dimanche


Nuit
Vigiles encore endormi
           cantiques et répons
           un moine baille
           contagieux
Nuit
Et le ciel est merveille
           les étoiles ont fauché
           toute la beauté du monde
Sur le ciel noirci
           ronronne l’éternité
Au temps arrêté
           la vague des marées
           caresse le souple étalement
           du jour
Au vert diamant des feuilles nées
           la mésange bleue
           taraude l’espérance
           d’un trille vertigineux
Les secondes s’écoulent
           dans la qualité et la constance
           d’être uniques
           vibration
           et sens

Lundi


À quoi ça sert
La blancheur de la chambre
           inondée de soleil
Le chip-chip-diddip
           du pinson des arbres
Les reflets d’argent
           dansant sur l’estuaire
L’intonation encore sifflante
           d’une cloche rendue à son repos
À rien dit le chagrin
À quoi ça sert
Une coule noire
           traçant son capuchon de silence
L’éveil lent du bourgeon
           au printemps du marronnier
Le crissement de la plume
           sur la page blanche
Le ballet tranquille et sûr
           des marées vivifiantes
À rien dit l’empressé
À rien
De ces riens
           qui sont tout

Mardi


Ah ! Grandir de ses blessures
           s’éloigner doucement
           du combat en soi
Ce qu’a marqué la trame de la patience
           est la décrue du trop
Vivre le feu
           au secret des gestes simples
           de la source renouvelée
           au silence
Au lever de ma nuit
           voir les pas des ombres
           s’en aller aux mondes perdus
Au lever des brouillards
           les signes tracent une main ferme
           au présent scellée
Et le voyage prévaut
           sur tous les lointains
Au bruit des pas
           la montée s’affermit
           de ce qui parle
           à l’âme en écho

Mercredi


Les draps sur le lit repliés
           disent le départ
Un filet de jour à la fenêtre
           dit Au revoir
           l’impermanent état
           de ce qui passe
           et s’écoule
La porte refermée
           est la clôture de mon silence
Sur mes paroles tues
           brille un grain de lumière
           germé à l’intériorité
La saveur de chaque seconde
           est le ressort mouvant
           de la vie
À l’instant de partir
           les fougères royales
           déploient leurs crosses velours
pour ouvrir à mes yeux
           la spirale sans fin du temps
           qui me ramène au cœur

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Apparences

Une vision